Concevoir un site comme celui-ci avec WordPress.com
Commencer

Accueil

NOTABILIENS.COM CONTINUE !

Avec l’expérience du confinement, nous en sommes venus à comprendre qu’une large part de la vie réside dans nos émotions, consiste à communiquer, à saisir le temps que nous vivons, et non simplement à être occupés à travailler. Les auteurs/trices, par leur imagination, leurs réflexions profondes, nous aident à échapper à l’incessant martèlement du quotidien et de ses actualités.

Derniers Articles

Carte postale n°4 : Manic pixie dream city / Adrien Blouët

C’est un bus de nuit low-cost et bondé, dans lequel tout le monde avait vingt-cinq ans, qui m’a amené à Tokyo. À six heures, les portes se sont ouvertes et on s’est dispersés dans la lumière déjà aveuglante, il faisait très chaud et j’ai eu du mal à croire que j’allais rester là jusqu’à l’hiver.…

Carte postale n°3 : vacancier perdu en vacances / Adrien Blouët

Kyoto, fin juillet 2020 C’est un voyage par soustraction. Au début du voyage il y avait un plan bien rempli, plein de toponymes à relier et de côtes à longer mais j’ai soustrait et soustrait, la pluie a tout effacé, et un matin à Tottori, le troisième matin dans une ville où une seule nuit…

Carte postale n°2 : l’année-fantôme / Adrien Blouët

Tottori, mi-juillet 2020  J’en ai soupé de l’altérité. Elle n’a plus rien d’altier. Son charme, tous les jours, parait plus factice, me surprend un peu moins. Même elle en a sa claque, va voir ailleurs si j’y suis, dit-elle. C’est ce que je vais faire, voilà mon plan : monter à la capitale, trouver un boulot,…

Carte postale n°1 : la saison des pluies / Adrien Blouët

Onomichi, début juillet 2020 Juillet : plus besoin de me justifier, je peux écrire des cartes postales. J’ai rendu la maison aux cancrelats, aux gejigejis et aux tiques, sans regret ; l’immobilité et la campagne commençaient à bien faire. La première soirée, j’étais dans un bar de Matsuyama, avec des Nord-Américains cachés au sud du Japon. I’m…

La Maison, Acte II, Scène 1: Les roses trémières / Stéphanie Chaillou

Le narrateur : Gérard et Jacqueline font leur promenade quotidienne. Ils appellent ça « Le tour du bourg ». Parfois ils font « Le tour de l’étang », mais c’est plus loin ; il faut prendre la voiture pour y aller. Une fois, ils ont fait le « tour du Mont Blanc », c’était il y a longtemps, en 1984. Mais là, ils…

Comment ne pas devenir écrivain voyageur / Adrien Blouët

J’ai loué une maison de bois, de terre et de papier. Une très vieille maison, à flanc de montagne, dans une vallée à l’ouest de l’île de Shikoku. La maison grince et bruisse et craque. Elle chuchote. Pas de caution, pas de contrat, pas de reçu. Pas de chauffage, pas de clim, pas d’eau chaude,…

Nouvelles de Belgrade – petit traité de l’endural / Svetislav Basara

23 mai 2020 L’endural est encore l’une des nombreuses particularités des Serbes, un organe qu’on ne rencontre que dans leur anatomie, et j’ajouterai aussi que la notion même (et donc le mot) n’existe que dans leur langue. Quelques-uns de mes amis polyglottes, que j’ai consultés à ce propos, affirment qu’il n’est possible de traduire le…

De la fluidité du boulevard / Goran Petrović

Pas plus tard qu’hier, voici ce que j’ai vu en plein centre de Belgrade, au beau milieu du boulevard du Roi-Alexandre – précédemment de la Révolution, et précédemment encore du même nom qu’à présent : un Rom entre deux âges conduit un motoculteur remanié. Le petit engin agricole tire une remorque qui penche d’un côté, surchargée de…

La Maison, Scène 6 : Le chimpanzé dans le pommier / Stéphanie Chaillou

Le narrateur : Nous sommes seuls désormais, avec les enfants dans la pièce. Dehors, nous ne savons pas ce qui se passe ; les bêtes à cornes, si elles meurent vraiment. Dedans, il arrive que les choses ne soient pas très claires non plus. Pourtant, il semble qu’il y ait moins d’incertitudes. A : t’étais où ? C…

Nouvelles de Belgrade – métaphores latrinaires / Svetislav Basara

7 mai 2020 Ce matin, je suis tombé sur une information qui intéresse au plus haut point l’opinion publique et qui m’apprend que le directeur de la fosse septique à cinq étages, au 10 de la rue Takovska, autrement dit la Radio-télévision de Serbie, à savoir Dragan Bouïochévitch, également connu sous l’hypocoristique Bouïké, passe à…

La Maison, scène 5 : La Voix / Stéphanie Chaillou

Le narrateur observe les enfants se disperser dans la pièce – il imagine la scène en accéléré – comme si les enfants étaient dans une centrifugeuse. Le narrateur : Qui sait à quoi ça ressemble des enfants qui se dispersent ? En combien de morceaux on les retrouve après ? Si on parvient jamais à les rassembler tous ;…

Nouvelles de Belgrade – cendre et poussière / Svetislav Basara

5 mai 2020 Vous connaissez tous la chanson « Toutes les bonnes choses ont une fin » ; pourquoi en irait-il autrement de l’état d’exception décrété le 15 mars dernier ? Dès l’après-midi du dimanche 3 mai, même les moineaux de Belgrade étaient au courant qu’Antivirus Maximus1 apparaîtrait le lendemain sur Pink2 pour annoncer à la nation la fin…

Molly for ever / Violaine Ripoll

Toute une nuit, avec son mari, confinée. Fin de la journée du 16 juin 1904 Dublin Monologue de Molly•Pénélope. Jeunesse, Gibraltar, amants, Irlande, mari, désirs, enfants, envies, dégoûts, jalousies, rêves, fantasmes. Plongée au cœur d’une voix féminine, Pénélope tisse sa toile en attendant Ulysse, Molly autour de son lit considérant le corps endormi de Leopold…

forêt fiction / Aurélien Delsaux

Pour Sophie Divry et Denis Michelis comme pour Adrien Blouet, Arianne Monnier, Thomas Flahaut mais aussi pour Giosue Calaciura, Mircea Cartarescu, Vladimir Sorokine. sciant du bois ce me disais pensant à vous : nous sommes les gardiens de ta forêt fiction nous écoutons tes arbres qui dansent les hommes nous recueillons à leur écorce douce…

ÉCRITURE / Goran Petrović

Un jour, quand j’étais enfant, mes parents m’ont emmené à la campagne pour rendre visite à des amis. On m’a demandé si j’avais envie de monter à cheval. Avant que j’aie eu le temps de répondre, on avait décidé pour moi, j’ai été soulevé et installé sur le dos du noble animal, où une couverture…

Nouvelles de Belgrade – haut les masques, bas les masques ! / Svetislav Basara

27 avril 2020 Si les gens n’en tombaient massivement malades, ou du moins s’ils n’en mourraient pas, il faudrait élever à ce virus un monument grandeur nature. En collant de force le masque chirurgical sur nos visages, la Covid-19 en a rapidement fait tomber tous les autres. Et puisque nous en sommes aux masques, quand,…

La Maison, scène 3 : La fumée blanche / Stéphanie Chaillou

Le narrateur : Maintenant, nous sommes à l’extérieur de la maison. Dans une ruelle. Un homme et une femme parlent. Ce sont les voisins. Jacqueline : t’as vu, ils ont fait du feu aujourd’hui Gérard : oui, j’ai vu ça Jacqueline : là, ça ne fume plus, mais ce matin, il y avait de la fumée qui sortait de…

Mais le printemps (la vérité) / Aurélien Delsaux

Dans cette situation, il n’y a rien de bien, rien de souhaitable, mais le printemps. Deux mois bientôt, non j’exagère, un mois et demi, je ne sais plus le temps, j’ai un rapport troublé au temps. Je rêve moins intensément qu’au début. Mais le jour quand je vis je crois que je rêve. Les enfants…

La Maison, scène 2: Le silence des carpes / Stéphanie Chaillou

Le narrateur : Nous sommes dans la même pièce, mais un autre jour. Ou à un moment différent de la journée, plus tard peut-être. En tout cas, comme si les deux scènes n’avaient rien à voir. N’étaient pas reliées l’une à l’autre. Ce qui est vrai d’une certaine façon. (A)  prend à nouveau la parole. On…

La Maison, scène 1: La mort des bêtes à cornes / Stéphanie Chaillou

Les 3 enfants :ABC Les voisins :GérardJacqueline Le narrateur :À l’intérieur d’une maison aux volets clos, des enfants parlent. Ils sont trois. Deux ont entre 9 et 10 ans. Le dernier [le plus petit] a la taille d’un enfant de 5 ans. L’un des enfants (A) prend la parole.On ne sait pas vraiment à qui…

Dialogue fictif avec mes amis imaginaires 1 : les neurones / Sophie Divry

NEURONE 1 : C’est pas possible, c’est pas possible… NEURONE 2 : Je suis sidérée. NEURONE 3 : J’arrive pas y croire. NEURONE 4 : Je suis sous le choc. NEURONE 5 : Mon niveau baisse. NEURONE 6 : Je digère les informations NEURONE 7 : Je me traîne. NEURONE 8 : Je ne transmets plus rien. NEURONE 9 : Moi non plus. NEURONE…

La Montagne / Jon Atli Jonasson

Lorsqu’il s’agit d’escalader des montagnes, je suis deux règles. Je ne peux pas prétendre en être l’auteur, ni les avoir découvertes. Elles m’ont été transmises. Par d’autres grimpeurs. Certains d’entre eux y vont toujours fort. D’autres se reposent. Règle numéro un : n’arrête jamais de marcher. Tu peux marcher vite. Tu peux marcher lentement. Mais…

Programme / Qiu Miaojin

Il y a quelques principes très simples qui, pour mon moi transformé, disons mon moi de Gongguan Street, peuvent faire fonction de règles d’existence : déjà tout ce qu’il y a de plus simple pour parvenir à vivre au mieux.   1/ La volonté nécessaire pour écrire la nuit – s’exercer à la rendre alerte et…

UNE LETTRE DE PROSPER BROUILLON / Éric Chevillard

Comme l’os dans Prosper, comme la rouille dans Brouillon, je me trouve confiné moi-même dans l’oubli des chansons, des rires et des marelles, éperdu de solitude séléniteuse et grisé du vinaigre trop jeune de mes caves d’altitude, errant dans l’ornière de mes phrases comme dans des bottes qui serrent le pied, mais écrasant les mottes…

Le monde ou rien / Olivier El Khoury

Au coin de la place Flagey, en face de la pompe à essence, y a un Paki tenu par un Indien un peu mystique, la soixantaine : c’est mon ostéo. Sans blague. J’ai découvert ça un soir, l’ivresse sur un fil, je rachetais une cannette pour chaque main libre, garder l’équilibre. Ça paraît loin, l’époque.…

Qu’y a-t-il derrière le mur ? / Violaine Ripoll

L’écrivaine autrichienne Marlen Haushofer a écrit Le mur invisible en 1963. Née le 11 avril 1920, elle aurait eu cent ans cette semaine. Dans ce roman, une femme, dont on ne sait pas le nom, rend visite à des proches dans une maison en pleine forêt des Alpes autrichiennes. Partis pour la soirée, ceux-ci ne…

Okinawa, Japon / Adrien Blouët

Il y a deux semaines, à la librairie, j’ai acheté Le sermon sur la chute de Rome, de Jérôme Ferrari, en français, et peut-être que le même jour, un Japonais a trouvé l’édition originale d’un livre de Medoruma Shun, écrivain d’Okinawa, dans une librairie d’Ajaccio, mais ça m’étonnerait, c’était le début du confinement, je n’étais…